Quelques suggestions culturelles, en toute modestie

Intro express TOP C’EST PARTI : bonjour cette journée a été une catastrophe relative j’ai fait la navette entre mon lit et mon bureau séparés par un canyon d’environ 40 cm de large plus exactement entre le brouillon de cet article sur lequel je me suis priiiiislatêêêête (pour rien) et le Let’s Play de Superbrioche sur FF XV si la référence vous parle je vous aime si elle ne vous parle pas c’est normal les références ne parlent pas je vous aime moins mais ce n’est pas grave je vais très certainement vous éduquer dans pas longtemps parce que j’ai une passion pour Brioche en ce moment !!!!!! *reprends mon souffle* voici mes favoris culture de juin et juillet et d’autres temps anciens des cathédrales bonne lecture bisou sur la joue.

Conscience : Non je ne modifierai pas cette intro. Je vais la laisser telle quelle. Tu as compris Temehani ? Je-ne-vais-pas-modifier-cette-intro-CA-SUFFIT.
Temehani, déglutissant : Ok. Mais est-ce je peux m’excuser pour la blague sur la référence qui parle ?
Conscience, catégorique : Non.
Temehani : Euké.

Cet article est très long. Vous n’aurez pas le temps de tout checker : piochez, laissez-vous guider par votre instinct. La prochaine fois, promis, j’abrège ou on va tous faire une crise de FOMO.
YouTube

Le vlog next level

J’aime les vlogs. Il y a même eu une période où j’aimais beaucoup les vlogs. Moins lorsque tout le monde s’est mis à en faire. Je suis devenue plus difficile à séduire.
Lorsque Bertie est arrivé dans le game, j’ai pris une claque rafraîchissante (Colgate®‎). Bertie Gilbert, je connaissais sa chaîne vite fait, un ou deux de ses courts-métrages (pas trop mon truc, les courts-métrages). Le talent précoce du cinematic look est donc revenu à ses premières amours, ainsi que l’indique le titre de sa série : ‘Bertie is making vlogs again’.
Un vlog aux allures de documentaire (de ses mots), voilà de quoi il en retourne, mais pas seulement. Pour moi, c’est un heureux mélange de toutes les choses qu’il aime et nous aussi : une signature esthétique qu’on approuve de la tête, avec ses plans artistiques et sa garde-robe 100% fripes (genre là c’est bon, je suis conquise), de l’humour un rien british, et plein de petites surprises croustillantes à chaque nouvel épisode (y en a que trois pour le moment mais vous savez, l’inspiration).
Et le meilleur pour la fin : il a vingt ans, allons tous pleurer sous nos oreillers (et il sort avec Savannah Brown !!).

C’est quoi ? Bertie Gilbert, 20 ans, réalisateur badass en devenir. Il se fait connaître sur YouTube grâce à ses courts-métrages dont la qualité est épatante pour son âge (je dis ça comme si j’avais cinquante piges mais j’ai juste un an de plus que lui ^^ #espoir). Plus récemment, il s’est remis à l’art du vlog, relatant sa vie sous forme de « documentaires » qu’il poste au gré de son inspiration (soit tous les deux mois environ).
Ingrédients magiques : Des plans ultra-stylex. Une copine ultra-stylex. Des chemises à motifs from fripes. Une pointe d’humour anglais. La vie dont tu rêves.
Qui est sûr d’aimer ? Toi, tes parents, et tous les gens qui savent reconnaître le talent quand ils le voient.
Lien de la playlist (anglais) : Bertie does vlogs again

AUTRES DÉCOUVERTES YOUTUBE // Ça fait un moment que je m'intéresse aux modes de vie alternatifs comme les tiny house, et plus récemment les camper vans (anglais). / Guide de la rédactrice freelance (anglais) au taquet. / Cette vidéo de Tahiti Tourisme parce que même la Tahitienne born & raised que je suis en a pris plein les yeux. / a chill vegan. Tout est dit dans son pseudo - excellente ! (anglais) / Les vlogs tout doux de Natacha Birds. / Décrypter les subtilités des bonnes manières. / The Line Up, deux Suédoises de mon âge passionnées de mode, ont haussé le niveau de leurs vidéos. 
Blogosphère

Éléonore Bridge

Oui je suis complètement à la ramasse. Oui tout le monde la connaît déjà quelle has been je fais et en plus je dis « has been » pfffffffff.
Donc : Éléonore Bridge. Puisque tout le monde la connaît, je n’ai pas besoin de dire qu’elle est trop cool (prétérition t’as vu alley, Françey). Qu’elle me fait kiffer (oui, j’ai dit « kiffer ») jusqu’au bout de ses titres et qu’elle fait désormais partie des grandes sources de pompage d’inspiration de mon blog.
Pour qu’un blog soit éligible dans cette très sélective liste de mes blogs favoris, il doit répondre à plusieurs critères (sans ordre particulier + compensatoires, pépèèère). Les sujets traités, évidemment : j’ai une préférence pour les blogs lifestyle (bon, ok, c’est vague comme indication), disons ceux qui traitent de mes passions : écriture, photo, blogging, voyages, humeurs… Ensuite, de beaux visuels (photos, illustrations, design du site) retiendront immédiatement mon attention. Enfin, la plume de l’auteur et/ou sa personnalité. L’humour est très apprécié !
Et donc bah Élo, elle a fait un sans-faute. Une pépite.

Kézako ? Le blog d’Éléonore Bridge, vétérane de la blogo avec onze années d’expérience, se spécialise dans l’organisation du quotidien pour vivre de ses passions, édition Procrastineuses, tout en abordant d’autres thématiques plus persos pour que ça reste un blog, quand même. Savoir également que la frangine a pour activité principale la gérance d’un superbe business axé sur les mariages, pour celles et ceux dont c’est le délire (non lol, vous l’avez compris, c’est pas trop le mien) : ‘Un beau jour’.
Ingrédients magiques : Fais de ton rêve une réalité, bro. Une fille cool (et formée aux arts visuels à ce que j’ai compris ?). Un univers doux comme une barbe à papa. Des collabs avec Disney. Et du rire, donc.
Qui est sûr d’aimer ? Les créatifs passionnés et productifs (ou aspirants). Les joyeux blogueurs (ou aspirants).
 Lien de sa caverne d’Ali Baba parfum vanille-pamplemousse : Éléonore Bridge

AUTRES DÉCOUVERTES BLOGO. // Un mec qui tient un tout petit stand de petit-déjeuner, sur le blog d'Urban Outfitters. Ne sous-estimez pas les blogs des marques. / Escapades DIY à Bali avec A pair & a spare. 
Musique

Mon obsession de l’année

A ce stade, je peux déclarer que 2017 est mon année Lorde. Je vous en parlais déjà dans mes ‘Favoris’ de mars et je vous présente d’avance mes excuses car ce n’est pas près de s’arrêter : je compte rédiger un article entier sur le sujet, pour vous dire à quel point je fangirl !
Le 16 juin dernier sortait son nouvel album, Melodrama. Avant ça, plusieurs teasings, dont la révélation de trois chansons (une par une, à des intervalles aléatoires et bien sadiques : après ses quatre d’ans d’absence, on était comme des petits fous). Si Green Light, Liability et Perfect Places m’ont déstabilisée dans un premier temps, à force de les écouter et les chanter en boucle, la souveraine poétesse a fini par triompher : j’étais chauffée à fond pour la sortie de l’album entier.
Et vous le devinez, aucune déception de mon côté. Aucune. Lorde, a.k.a. ma BFF qui ne le sait pas encore, est parvenue à créer un album aussi brillant (sinon meilleur !) que Pure Heroine – son premier bijou – tout en renouvelant son style.
Dans Melodrama, c’est d’abord le sujet principal de l’album qui m’a touchée (la rupture amoureuse, voilà hein, entre compagnonnes de misère) et le lyrisme qu’on lui connaissait déjà. Puis, comme pour son chef-d’œuvre aîné, l’univers sonore, mélange de plusieurs genres à vous défriser la moustache, dont principalement l’électro.
Si vous voulez savoir pourquoi Lorde est un génie de paroles et de musicalité, je vous donne rendez-vous dans ledit article dédié ! 😉

Du concret, steuplé : Une pression reposait sur Lorde après le succès de son tout premier album, que la Néo-Zélandaise sortait à l’âge de seize ans seulement. Quatre ans plus tard, Melodrama est un « nailed it » total (ouf, on est rassurés).
Ingrédients magiques : Electro anticonformiste et novateur auquel se mêlent d’autres genres comme autant de cadeaux inopinés. Lyrisme décapant. Party Millennial débordante au cœur brisé.
Qui est sûr d’aimer ? Au risque de me répéter, tout le clan « émotion » de la génération Y, et au-delà. Fans de Tove Lo, Lana Del Rey, et même Stromae… Anglais nécessaire pour saisir ce qui constitue l’Excalibur de Lorde.
 Le miracle de l’année sur Spotify : Melodrama

ÉCOUTÉS EN BOUCLE CES DERNIERS MOIS. // Inclus : la soundtrack de 'Life is strange' + celle de 'Le temps d'un automne' parce que c'est un de mes freaking films préférés, tu vas faire quoi ? Non-inclus : 'Melodrama' et le premier album de Mika. / Les aigus délicats d'AURORA. / Ceux, encore plus suaves, de Billie Eilish. 

Jeu-vidéo

Life is strange

Une recommandation insistante de ma petite sœur qui m’a permis de 1) constater qu’elle a peut-être bon goût finalement 2) passer un bon moment. Je n’ai pas joué à proprement parler au jeu, j’ai regardé le Let’s Play de Brioche (le revoilà <3) parce que c’est le best et que je préfère m’assurer de la qualité de la marchandise avant tout achat (surtout quand c’est ma sœur qui la conseille hihi).
Dans Life is Strange, j’ai beaucoup aimé le scénario qui réplique le format d’une série + je ne refuse jamais une bonne teenage story ; les graphismes et la MERVEILLEUSE bande-son qui, je l’admets non sans embarras, m’ont rappelé un peu l’ambiance de Twilight (et j’adore l’ambiance de Twilight). Attention, addictif et émouvant !

Et en pratique ? Life is strange, jeu-vidéo fantastique et aventure en 5 épisodes. Ceux-ci sortirent un à un durant toute l’année de 2015, avec une latence de deux mois entre chaque épisode (bien sûr, maintenant vous avez du bol puisqu’ils sont tous dispos, mais imaginez un peu l’attente terrible à l’époque !). On incarne Max qui, comme son prénom l’indique, est une fille, passionnée de photo et interne au lycée de Blackwell, dans une petite ville paumée de bord de mer et vraisemblablement pas paisible puisqu’une étudiante a récemment été portée disparue. D’autres événements chelous se produisent et, en parallèle, Max découvre qu’elle a le pouvoir de remonter le temps.
Je sais, moi aussi j’ai trouvé que ça faisait beaucoup, mais, au moins jusqu’après l’épisode 1, on y pense même plus tant l’intrigue est bien menée, vous avez ma garantie. (Cela dit, du WTF, il y en a tout de même.)  
Ingrédients magiques : Des décors (un bourg américain avec un phare, un diner réconfortant et repère de tous les marginaux) et une bande-son rock indé qui te donne envie de t’envoler illico pour les montagnes de l’Oregon. Tout plein de personnages stéréotypés comme on les aime. Des larmes.
Qui est sûr d’aimer ? Amateurs d’aventures fantastiques et lycéennes.
 Lien de la bande-annonce : https://youtu.be/MmbjnweU7ts
 Lien de la playlist de Bribri : Let’s Play Life is strange, Superbrioche666
 Lien pour acheter le jeu parce que je suis la reine de la persuasion : Life is strange via Steam

PAS D'AUTRES JEUX-VIDEOS MAIS DES FILMS. // Wonder Woman, très sympa. / Les Figures de l'ombre, pour continuer dans le Girl Power. Super bien, visionné dans l'avion.
Personnalité

Eva Gutowski

Courbe d’évolution de mon ressenti pour Eva Gutowski, plus connue sous le pseudo de MyLifeAsEva :
– Débuts sur YouTube, gourou beauté plutôt drôle et cool = je l’aime bien, +1 abo ;
– Comme maintes YouTubeuses, elle tombe dans l’horripilante tendance « comédie/Expectations vs. Reality » + elle ne sait pas ce qu’est un coco (cf. Instagram) + elle commencerait pas à se prendre un peu beaucoup au sérieux là ? (cf. Instagram) = ew, beurk, non, rejet ;
– Bon. C’est vrai que son Insta il en jette, quand même + OMG ELLE A LANCE SA PROPRE LIGNE DE VÊTEMENTS #GIRLBOSS #TROPBIEN #wa = ok Gutowski, joli coup.
Vous avez le droit de ne pas aimer les 235 602 photos d’Eva en maillot de bain, son filtre hyper-saturé et le compte Instagram de son chien (à un moment faut dire stop !!!), mais vous ne pouvez pas nier que cette fille, elle réalise ses rêves.
Et que ses rêves sont plutôt pas mal.
En fait, avec le lancement de sa marque, j’ai retrouvé ce qui m’avait initialement plu chez elle : une fille comme vous et moi, qui a la niaque et un goût remarquable pour la mode… et 5,6 millions d’abonnés.

Mais encore ? Eva Gutowski ne fait pas partie des pionnières de YouTube et, on le sait, plus on commence tard, plus il est difficile de se faire connaître sur la plateforme, aujourd’hui saturée. Pourtant, entre la qualité de ses vidéos et son humour, le succès arrive rapidement (merci les collabs). Après les lifehacks destinés à un public majoritairement jeune et féminin, Eva surfe sur la tendance « comédie ». Elle se permet également de plus en plus de liberté en ouvrant sa ligne éditoriale à ses autres passions, dont la danse, mais aussi en postant moins fréquemment (ce qui nous a un peu déçus, moi et ses autres followers, oui oui) (euh mais wait pour qui je me prends moi là, avec ma régularité de publication top niveau x)). En fait, tout ce temps, Eva voyageait et travaillait sur d’autres projets, entre autres : un livre, un blog, une carrière d’actrice petit écran. Et ladite griffe vestimentaire, du nom de ‘It’s All Wild’, dont l’esprit a été insufflé par ses voyages. 
Ingrédients magiques : MyLifeAsEva gets shit done. Les fringues de Gossip Girl. Un boyfriend photographe et BG, voili voilou (agacement, quand tu nous tiens). Une fille qui nous touche par ses faiblesses et son ambition brûlante.
Qui est sûr d’aimer ? Toute personne requérant une dose de motivation… ou d’une remise en question profonde, au choix.
 Ticket pour l’Instagram Prestige Inn : @mylifeaseva
 Sa marque de vêtements : It’s All Wild

AUTRES DECOUVERTES INSTA. // @veeceecheng pour l'art de la démesure à Hong Kong. 
Littérature

La Passe-Miroir (tome 2, ne me spoilez pas le 3 !) (Ma deuxième obsession de l’année)

Vous en avez forcément entendu parler, la saga fantasy « La Passe-Miroir » charme absolument tous ceux qu’elle croise. Rendez-vous compte de la chance qu’on a de vivre en même temps que la génialissime Christelle Dabos (une Française ! consommez local) dont l’imagination ne connaît de limite. J’ai adoré ce second tome tout autant que le premier. Un équilibre parfait entre l’intrigue de maestro, l’univers riche et incroyable et fabuleux, et… la romance (élément obligatoire 😉). Je viens d’avoir le 3e tome (le 4e et dernier n’est pas encore paru) et je sais d’avance que je vais me régaler. C’est un incontournable (souligné trois fois, italique, gras) vous me remercierez !
Ah, et un dernier mot : #TeamArchi

Un résumé pliz : Ophélie vit sur Anima, son arche familiale. Elle est maladroite, peut traverser les miroirs pour se transporter d’un endroit à un autre et lire le passé des objets en les touchant. Par un jeu d’alliance pas très net, elle se voit contrainte d’épouser le très grand, très sombre et très occupé Thorn, originaire du Pole, l’arche voisine où règnent froid et bassesses sous couvert d’illusions magiques parmi la cour. Ophélie entre à ses dépens dans ce traquenard format poupées russes. Mais la petite Animiste qui ne paie pas de mine réserve bien des surprises à tous…
Saga fantasy en 4 tomes. 3 sont déjà parus, pas encore de date de sortie annoncée pour le dernier (c’est pour ça que, contrairement à toi Tatie Mei, je prends mon temps, moi !)
Ingrédients magiques : Un monde foisonnant à la Ghibli (et à la J. K. Rowling, selon d’autres sources). Une héroïne attachante de dingue. Une romance en crescendo.
Qui est sûr d’aimer ? Fans d’Harry Potter et des studios Ghibli. Voilà de quoi travailler votre insatiable muscle du fanatisme.
Tu n’as pas le choix : http://bit.ly/2wbyiJ6

AUTRES LECTURES. // La délicatesse de David Foenkinos. Charmant. / Mon abonnement au magazine lifestyle Simple Things touche à sa fin, mais quelle bonne expérience : un contenu de qualité pour un prix très raisonnable à mon sens (un an soit 6 numéros à 27 € + frais de livraison). 

Voilà ! J’espère que vous aurez fait au moins une ou deux chouettes découvertes. Lequel de mes favoris avez-vous le plus envie de regarder maintenant ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Articles similaires