Favoris d’avril-mai 2017

Il s’est passé tant de choses en mai que je n’ai plus aucun souvenir de ce que j’ai fait en avril… Comme vous le savez maintenant tous, en ce moment, je suis en France. Pour mes partiels, de base, mais j’ai passé plus de temps à faire la touriste entre Toulouse et Paris. Ne vous inquiétez pas, je bosse quand même, et pour cause : changer de cadre m’a comme redonné de la motivation à ce niveau-là. Le changement, c’est définitivement stimulant !
La contrepartie, c’est que je n’ai pas fait beaucoup de découvertes culturelles, de sorte que cet article sera relativement court.

J’espère que vous avez passé un beau mois de mai (et si ce n’est pas le cas, vous pouvez encore vous rattraper en juin, et même toute la vie !). Plein de bisous et de jolies choses pour ce nouveau mois !

Littérature

Le Château de Cassandra

Il est temps que je présente officiellement mes excuses à ce roman. Je disais, dans un précédent article, que je le trouvais lent et pas franchement intéressant. C’est vrai, il n’est pas exceptionnel, il ne fera pas partie de mes romans préférés de tous les temps. Néanmoins, c’était un bon roman. La profusion de détails, de descriptions, et la longueur même du livre, produisent un rythme plutôt traînant, mais d’un autre côté, c’est précisément ce qui nous permet de nous immerger plus encore dans l’univers.

Mais, attendez, j’entre déjà trop dans les détails ! First thing first : un résumé. Le château de Cassandra est un roman de genre réaliste et… romantique (surprise, surprise !). Scénaristiquement, on est dans la même lignée qu’Orgueil et Préjugés. On suit les aventures de Cassandra, qui doit avoir dans les dix-huit ans et qui tient un journal pour s’exercer à l’écriture rapide. Son père était autrefois un écrivain renommé et prospère qui avait même investi dans un grand château. Seulement, cela fait des années qu’il n’a pas retouché à la plume, et sa famille et lui vivent maintenant dans une grande pauvreté. Rose, la sœur aînée, ne peut d’ailleurs plus supporter cette situation et n’attend qu’une chose : épouser un héritier et partir du château. Un jour, pour plaisanter, elle prononce son vœu sur la tête de la statue à l’allure démoniaque de la cuisine… sans se douter que ses désirs vont être exaucés. Quelques temps plus tard, deux riches jeunes hommes s’installent dans la propriété voisine.

En somme, ce livre m’aura inspirée par le réalisme de son intrigue, de son univers et, également, de ses personnages : je pourrais encore citer Topaz, la belle-mère extravagante (on connaît tous une de ces femmes d’une grande beauté mais un peu loufoque), le petit frère que, s’il avait vécu à notre époque, je peux très bien imaginer en geek futé et toujours prêt à s’amuser, le prétendant gentil mais un peu simplet… Enfin, ce que j’ai également apprécié, c’est que tous les personnages ont un bon fond. Aucun d’eux n’est profondément méchant : en fait, ils ont chacun des caractéristiques propres qui les rendent crédibles. Un univers doux, simple, paisible, et c’est tout ce qui me plaît.

Dodie Smith, Le Château de Cassandrahttp://amzn.to/2qn5kng

Lifestyle

Journaling

Venir en France, seule, a produit comme un déclic de créativité et de productivité en moi. Tout d’un coup, je me suis remise à tenir un journal, entre autres choses que je n’avais pas fait depuis des années ! Cassandra et son journal n’y sont pas pour rien, ceci dit. Je pense que cela vient du fait que je redoutais l’isolement et finalement, tenir un journal, y déverser toutes mes pensées comme si j’écrivais à quelqu’un, c’est thérapeutique.

Je rédige mes pages quotidiennes sur ordinateur, mais je n’ai pas pour autant abandonné l’écriture manuscrite, trop chère à mon cœur : j’ai beau ADORER la papeterie et collectionner les jolis cahiers, je n’en utilise qu’un à la fois parce qu’autrement, je ne m’y retrouve plus. J’y inscris vraiment tout : des citations découpées dans le journal, des tickets du métro parisien, des billets de musée, de soirée, des mots et des expressions que je ne connais pas ou qui sonnent bien. Je fais des croquis. Cet après-midi, j’ai même ramené une petite fleur cueillie pendant ma promenade au parc, que j’ai mis à sécher entre les pages du cahier.

Une activité qui me détend et me plaît tellement que je compte vous proposer un article dédié à la pratique du journaling très prochainement !

Littérature

Samantha Bailly

Cela fait quelques mois que je suis assidument cette auteure jeunesse au parcours terriblement inspirant. Pour vous donner une idée du personnage, cette femme a publié son premier roman à 19 ans et compte à présent quinze publications à son nom, parmi lesquels des romans, bien entendu, mais aussi des mangas dont elle s’est fait la scénariste ainsi qu’un ouvrage humoristique. Je l’ai découverte grâce à sa chaîne YouTube dans laquelle elle présente des conseils d’écriture (ce qui m’intéresse le plus), des sketchs sur le métier d’écrivain, des vlogs sur son quotidien. Pour ne rien gâcher, elle a une belle personnalité, sérieuse et engagée pour la cause des auteurs. Et donc, que dire, si ce n’est qu’elle est… parfaite. Si je suis jalouse ? Pfeuh. Mais non.

Sa chaîne YouTubehttp://bit.ly/2cRloY9
Son sitehttp://www.samantha-bailly.com/

YouTube

Liza Koshy

Une autre strong woman ! Pour ceux qui ne la connaîtrait pas encore, il s’agit d’une humoriste américaine qui a fait des débuts tonitruants sur Vine, et sévit à présent sur YouTube. Si vous avez un bon niveau d’anglais, choisissez n’importe quelle vidéo de sa chaîne et vous passerez forcément un bon moment. C’est obligé. Cette fille est hilarante, explosive, adorable et addictive !

Sa chaîne YouTubehttp://bit.ly/1Up0c6D

Exposition

L’exposition « Inventer la Ville » au Quai des savoirs

Un vendredi après-midi que je voulais me promener en ville, je me suis rendue pour la première fois au Quai des savoirs, un établissement tout neuf à Toulouse (il a été inauguré l’année dernière). Il accueille une grande exposition pour la durée d’un semestre, qui aborde un thème scientifique. Celui du moment me parlait tout particulièrement : la ville, un sujet fascinant pour la Tahitienne que je suis, et auquel je suis encore plus sensible depuis que j’ai fait l’expérience d’une année de vie à Toulouse, justement.

Et j’ai adoré cette exposition ! J’ai été émerveillée par sa richesse, entre les activités interactives (la réalité virtuelle, les jeux en tous genres, les tests olfactifs, etc.) et le fait qu’elle aborde tous les domaines, de la technologie aux arts. Sans compter que, en cette période de la semaine, le musée était quasiment vide et j’avais l’exposition pour moi toute seule. Alors, bien sûr, peut-être que vous autres, en France, avez l’habitude de voir toutes ces choses et êtes déjà blasés de la réalité virtuelle, par exemple, mais pour ma part, j’étais complètement sous le charme. D’ailleurs, anecdote dont vous vous fichez peut-être, mais pendant une période, je rêvais de devenir organisatrice d’exposition (ou quelle que soit l’appellation exacte) et « Inventer la Ville » m’y a redonné goût. Eh ! Je note dans ma liste de rêves et grands projets de vie, sait-on jamais. 

Plus d’informationshttp://bit.ly/2rJDZeB

YouTube

Le Let’s Play de Siphano sur « The Legend of Zelda : Breath of the Wild »

J’étais obligée de terminer avec cette série de vidéos YouTube, et même si j’entends de là des gens en train de dire : « Bouh, la honte ! Elle regarde des YouTubers jeux-vidéos ! » je n’en ai que faire car j’aime beaucoup. Les vidéos de Siph’ sur ce jeu fabuleux accompagnent mes repas de midi depuis plus de deux mois, à présent. C’est l’alternative idéale pour les personnes qui, comme moi, ne jouent que ponctuellement aux jeux-vidéos et ne comptent pas investir dans des consoles et autres, mais qui apprécient tout de même cet univers et tout particulièrement celui de la saga Zelda. Et puis, si je peux me permettre d’ajouter : Julien, alias Siphano, casse le stéréotype du YouTuber gaming qui ne sait pas aligner trois mots sans faire de fautes (dit celle qui laisse traîner des participes passés erronés partout 😝) et passe 80% de la vidéo à hurler dans son micro* puisque, vous le remarquerez tout de suite, Siphano s’exprime avec un très bon niveau de langue qui, je crois, est même en train d’influencer ma plume.

*Je dis ça mais je suis fan de PewDiePie, hein.

Lien de la playlisthttp://bit.ly/2r7uEdY

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Articles similaires